Ecrit le par dans la catégorie Non classé.

De nombreux témoignages sur les initiatives en matière d’emploi.
https://www.carenews.com/fr/news/5808-autisme-les-autistes-asperger-des-talents-meconnus-par-les-entreprises
Des employeurs qui embauchent :
MICROSOFT http://www.developpez.com/actu/103751/Combat-contre-l-exclusion-sociale-Microsoft-espere-embaucher-plus-de-developpeurs-autistes-et-met-sur-pied-un-programme-d-evaluation-adapte/
ANDROS http://www.carenews.com/fr/news/6114-autisme-andros-poursuit-l-integration-des-salaries-autistes
Une expérience qui fonctionne avec la fondation ORANGE :
http://www.fondationorange.com/Autisme-et-insertion-professionnelle-ca-marche?
 
Et des conseils prodigués par un adulte autiste avec Asperger qui exerce un emploi :
ici :

Intégration professionnelle. Quelques petits conseils (très personnels)

by alainpecquerie

Je dis dans mon livre que pour une personne avec autisme de haut niveau, trouver un emploi n’est pas si difficile, s’il est en phase avec nos spécificités, notre potentiel et nos valeurs. En revanche, le conserver représente le plus grand défi. En intégrant une entreprise, il y a selon moi quelques codes à respecter qui faciliteront l’immersion. En voici une liste « très personnelle » :

  • Codes sociaux (pour réussir son intégration au sein d’un groupe constitué)
    • Toujours dire bonjour individuellement suivant les codes en place localement.
    • Regarder dans les yeux, ou entre les yeux si fixer du regard est impossible.
    • Apprendre à repérer les vrais blancs dans une conversation pour intervenir avec le bon timing.
    • Contrôler les gestes intempestifs ou trop discriminants.
    • Si nécessaire, faire des micro-pauses pour écrêter les pics d’angoisses, de stress, de tensions nerveuses ou simplement de fatigue.
    • Ne jamais perdre du vue que les questions, qu’elles soient ouvertes ou fermées, nécessitent le plus souvent des réponses ouvertes, argumentées.
  • Codes professionnels (pour cadrer avec une certaine déontologie en place)
    • Observer le comportement des collègues sur des fonctions similaires pour imiter le mode de fonctionnement.
    • Repérer si des codes vestimentaires ont cours sur le lieu de travail.
    • Toujours avoir de quoi prendre des notes pour faciliter la mémorisation des consignes. Repérer tous les verbes d’action et systématiquement en prendre note.
    • Si possible, demander des écrits pour avoir le temps de ne rien rater. Si c’est difficile à demander et/ou obtenir, la prise de notes devra être efficace.
    • Apprendre à reformuler les questions et les propos pour s’assurer de la parfaite compréhension dès qu’un doute se présente.
    • Lorsque le contrôle du temps est compliqué, s’aider un outil bureautique de gestion de planning pour se programmer des rappels.
  • Bonnes pratiques (pour rester efficient)
    • Demander s’il existe des procédures spécifiques et des modes opératoires.
    • Demander s’il y a un rendu minimum à produire.
    • Demander conseil quant aux différentes méthodologies mise en place pour chaque tâche spécifique.
    • Prendre notes de ces bonnes pratiques afin de pouvoir s’y référer aussi souvent que nécessaire.
  • Règles de vie (ne pas se mettre en défaut par rapport aux habitudes du groupe)
    • Demander quelles sont les règles de vie dans l’unité d’accueil :
      • Horaires spécifiques.
      • Pauses
      • Utilisation personnelle du téléphone et des téléphones portables.
      • Possibilités de bouger de son espace de travail
      • Utilisation des toilettes, fontaine à eau, machine à café…
      • Se faire préciser ce qui est autorisé ou non sur l’espace de travail.
    • Rédiger ou se faire remettre une liste de ces règles afin de se les approprier aussi rapidement que possible.

Tout ceci peut sembler, au 1er coup d’œil, très désuet. Ça l’est ! Mais ça aide aussi indéniablement. Je l’ai mis en pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *